Humour : quels regards portés par les professionnels et étudiants manipulateurs en électroradiologie médicale?

Étienne Cordier et ses collègues ont récemment publié un article dans la revue Annales Médico-psychologiques sur les avis des professionnels et des étudiants manipulateurs en électroradiologie médicale (MER) au sujet de l’emploi de l’humour dans la relation de soin et ses effets.

Résumé :

Objectifs

Recueillir les avis des professionnels et des étudiants manipulateurs en électroradiologie médicale (MER) au sujet de l’emploi de l’humour dans la relation de soin, et évaluer ses effets positifs et/ou négatifs.

Méthode

Échantillon : 1052 personnes provenant de toute la France ont participé à cette étude, dont 641 soignants MER, quelle que soit leur modalité d’exercice (radiologie conventionnelle, radiologie interventionnelle, scanographie, remnographie, médecine nucléaire et/ou radiothérapie) et 411 étudiants de première, deuxième ou troisième année. Outils. Dans une phase de recueil de données quantitatives, tant les professionnels que les étudiants avaient à répondre à quatre échelles de type Likert relatives aux concepts de l’humour et ses fonctions. Cette première phase a été suivie, uniquement auprès des professionnels, par un recueil de données qualitatives visant à approfondir les concepts abordés au préalable. Le verbatim des participants a été recueilli et analysé suite à leurs réponses aux questions ouvertes.

Résultats

Alors que les étudiants évoquent davantage les bienfaits de l’humour au travers du patient (relation de confiance, technique de distraction), les MER en exercice rapportent principalement des bénéfices du point de vue de leurs collègues ou de leur propre personne (bonne ambiance, mécanisme de défense face au stress). Si les fonctions positives prédominent dans les deux groupes, les soignants mettent en garde sur l’importance de l’aspect contextuel de l’humour et son risque à porter atteinte au patient et à sa dignité.

Conclusion

En posant l’humour comme une valeur personnelle et professionnelle aux yeux des soignants et des étudiants, nous élargissons notre réflexion sur une éventuelle formation à l’humour à mettre en place dans le cadre professionnel ou scolaire pour éviter tout risque d’un usage nocif.

Retour à la liste des actualités